7 personnalités avec lesquelles nouer une amitié

Récemment, j’ai lu un article que j’ai trouvé très amusant sur le blog de Buffy Mars (blog que je recommande absolument et dont je reparlerai sûrement !). Dans cet article, elle imaginait sept amitiés qu’elle pourrait nouer… avec des gens célèbres. L’idée m’a un peu prise de court puisque je me suis dit que je ne pourrai jamais choisir que sept personnalités, et qu’il y avait bien trop de gens que j’admirais pour pouvoir me décider entre eux. Finalement, à force de réfléchir à cette petite liste, et d’en réaliser quelques-unes, je me suis rendue compte que certaines personnes revenaient presque toujours. Ce sont elles que j’ai choisi de vous présenter, et qui feraient j’en suis certaine d’excellentes amitiés !

L’écrivain Albert Camus

1

Parce que non seulement il s’agit de mon auteur favori, mais que je respecte également profondément l’homme -pas seulement l’auteur. J’adore lire, je pourrai passer ma vie à lire, mais je me rends compte que les auteurs qui me tiennent le plus à cœur sont aussi ceux dont j’admire l’engagement. Et je crois d’ailleurs que c’est pour cela que je préfèrerai toujours Camus à Sartre -bien que je reconnaisse l’immense talent littéraire de ce dernier. Camus est toujours resté fidèle à ses valeurs : lorsqu’il a pris connaissance des exécutions d’opposants en URSS, il a rendu sa carte au Parti communiste, lorsqu’il s’est vu refusé de combattre dans l’armée française face à l’Allemagne nazie, il s’est engagé en Résistance et ce dès 1942, jusqu’à prendre la tête de l’un des plus grands réseaux de Résistance en France. Il s’est également toujours engagé en faveur des Arabes, ce qui a fait de la guerre d’Algérie un véritable déchirement pour lui. Camus a vécu à une époque « absurde », en ceci que plus rien ne semblait avoir de sens : pourquoi la guerre, pourquoi les totalitarismes, pourquoi les génocides ? L’absurde, Camus en a fait sa philosophie et elle se retrouve dans toutes ses œuvres. Des œuvres que j’aime profondément, et derrière lesquelles on retrouve toujours cet engagement incroyablement fort de Camus : je connais des gens qui n’aiment pas L’Etranger, moi je trouve ce roman magnifique puisqu’il exprime bien toute l’absurdité d’une époque dans laquelle vivait alors Camus -celle de la seconde guerre mondiale. Si j’étais amie avec Camus, je pourrai lui poser tout un tas de questions sur son engagement, et peut-être que lui m’encouragerait à poursuivre mon propre engagement, aussi. Il serait une de ces amitiés qui vous tirent vers le haut, qui vous apportent énormément de choses et vous améliorent en tant que personne.

 

L’actrice et militante Emma Watson

2

Emma Watson et moi, c’est une longue histoire. Hermione Granger ayant été dans un premier temps mon personnage favori dans Harry Potter, je ne pouvais qu’adorer l’actrice l’incarnant. Je me suis ensuite tournée vers d’autres personnages et ai d’ailleurs trouvé plus d’une fois que la Hermione des films ne correspondait pas du tout à celle des livres -en mal. Pourtant, j’ai continué à admirer Emma. Je trouvais incroyable sa volonté de toujours faire ce qu’elle avait décidé. Lorsqu’elle est allée à l’Université, je l’ai trouvé très forte et très fidèle à ses idées, elle aussi, parce qu’avec sa fortune elle aurait certainement pu s’en passer mais elle avait toujours dit qu’elle le ferait et surtout, qu’elle voulait le faire. Alors, quand elle a voulu s’engager pour la cause des femmes, je n’ai bien évidemment pu qu’approuver. Avec Emma, je parlerais de longues heures durant du féminisme, de la campagne HeForShe, de ses modèles féminins. Et puis, je lui demanderais quelques petits conseils vestimentaires, aussi -elle s’habille toujours tellement bien.

 

L’écrivain Emile Zola

3

Emile Zola, c’est un petit peu l’équivalent de Dieu pour moi. Il est mon auteur favori avec Camus. D’ailleurs, ça n’a pas été facile de choisir qui, de Camus ou de lui, devait apparaître en premier étant donné que Zola aussi a un engagement très fort et que je respecte profondément. On peut penser bien sûr à sa prise de position en faveur de Dreyfus et du fameux J’accuse. Moi, je pense plutôt à son œuvre littéraire, à sa célèbre série des Rougon-Macquart à travers laquelle il s’attache à décrire la vie des petites gens. Bien sûr, ses romans sont loin d’être joyeux et de toujours donner une image positive des ouvriers. Mais lui, il en parle. Combien de siècles a-t-il fallu attendre pour que les romans s’intéressent à ceux qui constituent l’immense majorité de la population ? Et puis, on dira ce qu’on veut, Germinal est tout de même une œuvre magnifique pour les ouvriers -et autant dire que dans les Rougon-Macquart, les bourgeois en prennent ainsi pour leur grade et bien plus que les ouvriers, même. J’aime lire des romans de Zola, je trouve son écriture magnifique et je déteste que l’on me dise « Oui mais Zola y’a pas d’histoire c’est que du style » alors que c’est parfaitement faux -et j’aimerais bien savoir si ceux qui disent ça ont déjà vraiment lu un Zola. Evidemment que certains de ses romans sont mieux que d’autres. Mais il y a presque toujours une intrigue qui me permet de dévorer les pages pour connaître le destin de ses incroyables personnages. Je lis le cycle des Rougon-Macquart dans l’ordre et pour l’instant, mes favoris sont Le ventre de Paris, La faute de l’Abbé Mouret et Germinal. Si vous avez un petit moment un de ces jours, je vous les recommande vivement.

 

L’actrice Audrey Hepburn

4

Audrey Hepburn, c’est un petit peu ma référence absolue en matière de mode. Son style est absolument intemporel et je serais ravie si je pouvais un jour ne serait-ce que lui arriver à la cheville. Elle est d’une simplicité déconcertante mais avec ce petit truc qui la démarque des autres, cette élégance qui la caractérise si bien. Audrey Hepburn, elle orne chaque mur de mon appartement et j’adorerais discuter vêtements avec elle rien qu’une fois. On pourrait peut-même regarder ensemble Diamants sur canapé, elle me raconterait des anecdotes du tournage de ce superbe film, je pleurerais lorsque son personnage abandonnerait Chat puis mes larmes de tristesse se transformeraient en larmes de joie lorsque Chat la retrouverait avec son amour et que cette fin heureuse s’afficherait sur mon écran.

 

L’écrivaine J.K. Rowling

5

Elle, c’est une évidence parce que je lui dois un peu tout. Je ne me rappelle pas des quelques livres que j’ai pu lire avant Harry Potter. Je sais que je lisais, parce que mes parents m’y encourageaient, sans être vraiment tombé sur le livre. Jusqu’à ce que je lise Harry Potter à l’école des sorciers. J’avais sept ans, huit peut-être, et J.K Rowling a fait quelque chose d’incroyable : elle m’a donné le goût de la lecture. Quand je dis que Harry Potter a changé ma vie, ce n’est pas une exagération. Grâce au petit sorcier, j’ai aimé lire, j’ai appris à dévorer les livres et à m’imaginer vivre ces histoires que je lisais. Et puis, peut-être plus important encore, j’ai écrit grâce à Harry Potter. Je crois que ma première histoire était une suite de la série, en attendant le sixième ou le septième tome. Je ne m’en rappelle plus vraiment. Ce que je sais, c’est que j’écris toujours aujourd’hui. Et qu’avant mes 18 ans, j’ai écrit et fait publier un roman. C’est quelque chose d’incroyable que je n’aurai jamais pu faire sans elle. Aujourd’hui encore, je continue à écrire sur Harry Potter -je suis inscrite sur une site dédié à la fanfiction HP et j’y ai plus de 100 histoires. Je crois que je harcèlerais cette chère J.K. Rowling de questions si jamais nous venions à devenir amies : et je lui ferai part de mes propres histoires sur son univers, de l’avenir que j’ai imaginé pour certains personnages. Je crois que cela lui ferait plaisir. Et peut-même qu’elle aurait alors l’envie d’écrire de nouvelles histoires, qui sait…

 

Le politique Jean Monnet

6

Son nom détonne peut-être un peu au milieu des autres -encore que. Je ne pense pas que par personnalités, beaucoup de gens entendraient personnalités politiques et pourtant, je crois que je lui dois un peu ma vie actuelle, à Jean Monnet. Pas seulement à lui, certes, mais en grande partie quand même. Si on célèbre l’Europe le jour anniversaire de la déclaration Schuman, on précise peut-être moins que cette déclaration a été en grande partie inspirée par Monnet. Jean Monnet, c’est l’un des pères fondateurs de l’Europe, l’un de ces hommes grâce auxquels je peux aujourd’hui m’envoler pour Cracovie sans passeport aucun, discuter avec des Berlinois sur la Alexander Platz, profiter des paysages splendides de Florence et me rêver un avenir à Prague. Jean Monnet, c’est l’un de ces hommes grâce auxquels se dire Européen a un sens et qui m’a donné un double, si ce n’est une multiple nationalité : je suis Française, mais je suis aussi -et peut-être surtout- Européenne. Cela ne veut pas dire que j’approuve l’Union européenne telle qu’elle se construit aujourd’hui -loin de là. Mais je crois en un projet européen, j’ai un idéal européen, et je pourrais en discuter des heures avec Monnet si nous étions amis -en espérant qu’il me donne des conseils pour construire une Europe plus belle encore.

 

L’écrivaine et journaliste Milena Jesenská

7

Milena Jesenská est une écrivaine et journaliste tchécoslovaque, qui n’est guère connue et dont vous avez peut-être déjà entendu parler par le biais de Kafka : elle était son amante et ils échangèrent une incroyable correspondance. Milena vécut dans la première moitié du XXème siècle et elle est un peu tout ce que j’admire : elle fit ses études au lycée de jeunes filles Minerve à Prague, un lycée fondé par des féministes et dont le but était de permettre l’émancipation des femmes. Femme de lettres, elle devint journaliste en 1920 ce qui était à l’époque encore peu courant pour une femme. Entre 1938 et 1939, elle prit même la direction d’un magazine politique et culturel. Lorsque la Tchécoslovaquie fut envahie par les Allemands, elle entra en Résistance. Arrêtée dès 1939, elle fut déportée à Ravensbrück où elle perdit la vie en 1944. Il s’agit là encore d’une femme de convictions qui est allée jusqu’au bout de son engagement -au point d’y sacrifier sa vie. Elle aimait d’ailleurs profondément sa Tchécoslovaquie et a traduit de nombreuses œuvres en tchèque. Je pense que la première chose que je lui dirai si nous devenions amies serait à quel point j’admire son courage et la force avec laquelle elle a porté ses convictions jusqu’à la toute fin.

Et vous, quelles personnalités inviteriez-vous à dîner un de ces soirs ?

Publicités